Fabrication de l'argile

L'argile est obtenue par un procédé à sec ou par voie humide. Sa fabrication comporte un certain nombre d'étapes : extraction, mélange (au besoin), broyage et séchage. Chaque phase requiert certaines compétences et une machinerie spécifique afin de garantir le produit optimal pour chaque application. L'argile est testée régulièrement tout au long du processus de fabrication afin de vérifier la conformité du produit à livrer.

 


Étude et développement d'une carrière d'argile

Géologie

Dans chaque gisement, on trouve de multiples strates comportant des argiles qui varient en termes de granulométrie, de teneur, de chimie, de minéralogie et de surface spécifique. Les argiles varient également beaucoup d'une zone géographique à une autre.

Exploitation minière

L'extraction s'effectue à l'aide d'excavatrices et de camion-bennes. Dans l'exploitation en gradins, chaque strate d'argile est traitée séparément et isolée dans les entrepôts de stockage pour maturation.

Maturation

L'argile passe par une étape de maturation qui dure de 3 à 12 mois en fonction de la catégorie d'argile et du temps nécessaire pour en tirer le plus grand bénéfice. Ses caractéristiques de plasticité et de rhéologie se modifient suite à l'oxydation des constituants organiques et non-organiques. Cela impacte les propriétés physico-chimiques des argiles. Le taux d'humidité de l'argile fraîchement extraite oscille entre 18 % et 22 %. Après maturation, ce taux varie entre 13 % et 18 %.

Traitement de l'argile

Les argiles crues mûries sont mélangées avec soin selon des formules prédéterminées afin de fournir un produit ayant des caractéristiques et des comportements homogènes et prévisibles. La première étape du traitement consiste à concasser l'argile en morceaux de tailles plus petites et plus régulières (d'environ 5 cm) par un concasseur primaire et un concasseur à rouleau secondaire. Ce produit est commercialisé sous forme d'argile déchiquetée ou désintégrée et affiche un taux d'humidité de 16 %. 

Procédé sec

Lors du procédé sec, le fait de placer de l'argile dans la chaudière à lits fluidisés abaisse le taux d'humidité à un niveau compris entre 10 % et 12 %. Ce produit peut être vendu sous forme d'argile séchée de façon mécanique ou transféré vers le broyeur à meule pour être de nouveau travaillé et transformé en argile obtenue par la méthode de séparation par flottation.

Procédé humide ou par suspension

Le procédé par voie humide ou par suspension fait appel aux mêmes concasseurs primaire et secondaire que le procédé sec. Toutefois, au lieu de charger un mélange d'argiles crues dans le concasseur primaire, les argiles crues sont placées dans une trémie tampon de manière séquentielle, de façon à ce que les différentes argiles soient traitées de manière spécifique. Les argiles sont introduites dans un délayeur via une bande transporteuse. Le délayeur contient de l'eau chaude et des produits chimiques prédéterminés en fonction du produit à fabriquer. Les argiles chargées réagissent d'abord avec les produits chimiques pour activer la digestion des matières organiques et des lignines qui entrent dans leur composition. D'autres argiles sont ensuite ajoutées selon les exigences définies. Le délayeur mélange les ingrédients pendant la durée programmée. Des contrôles sont effectués pour tester la densité et procéder à une analyse par tamisage. 

Le produit est ensuite transféré vers des cribles équipés de racloirs de 0,06 mm. Il est ensuite pompé et versé à travers plusieurs cribles de finition de 0,175 mm et un filtre ferromagnétique, puis entreposé dans un réservoir de stockage où il est examiné. 

Après vérification de ses spécifications, le produit est mélangé pour augmenter son homogénéité avant livraison. Les produits sont transportés sous forme de pâte semi-liquide (61 % de solide ou plus) par des camions-citernes ou wagons-citernes.